Brigade de recherche et d'intervention – Wikipedia

À
Brigades de recherche et d'intervention
Image illustrative de l'article Brigade de recherche et d'intervention
Logo BRI-PP.

création 22 septembre 1964((1er)
Pays Drapeau de la france La France
Constipé Police nationale
L'art Police fédérale
rôle Lutte contre le crime organisé

Anti-terrorisme
surveillance

Efficace 350 lancement 2,018((1er)
garnison 36 Quai de l'orfèvre
Ancien nom Département Recherche et Intervention ((1er)
Surnom Brigades d'Antigang, Antigang
Couleurs gris-noir
devise Par Verbum per Gladium / Par la plume ou par l'épée
mascotte Gargouille
anniversaire 50 ans (2014)
Décorations Attack 2015 Paris
Commandant Christophe Molmy (BRI-PP)
Commandant historique Commissaire François Le Mouël

Équipe d'intervention BRI-PP lors d'une démonstration de prise d'otages

Démonstration de la libération des otages (BRI-PP, juin 2018).

Le Brigades de recherche et d'intervention ((À), Communément appelé Brigades anti-gangs ou juste çaAntigangsont des unités d'enquête et d'intervention de la police judiciaire française.

La plus ancienne des BRI est celle de la préfecture de police de Paris ou BRI-PP((2e) L'entreprise a été fondée en 1964 à l'initiative et sous le commandement du commissaire François Le Mouël. A cette époque, le nombre de vols à main armée a atteint un niveau record (plus de 500 en une seule année à Paris((3e)) et cette unité innove en utilisant de nouvelles tactiques basées principalement sur l'anticipation. La connaissance ou l'identification préalable de nouveaux suspects, suivie de la recherche d'informations à leur sujet et de leur surveillance prolongée, leur permet de ne pas être arrêtés en flagrant délit en raison du risque de fusillade mais après avoir commis leur crime, ou même avant en référence à l'article 121 -4((4e) du Code pénal, qui stipule que les tentatives de délits sont punies par la loi. Le succès de cette approche conduira à la création d'unités similaires en province puis à l'étranger.

Les BRI dépendent de l'Office central de lutte contre le crime organisé (OCLCO, ex-OCRB), à l'exception du BRI-PP, qui appartient à la Direction régionale de la police de Paris (DRPJ), et sont mises à la disposition des directions régionales ou interrégionales de la police judiciaire (DRPJ et DIPJ) et leurs composantes (SRPJ, antennes PJ) et autres services de police dont ils font la demande: sécurité publique, groupes d'intervention régionaux (GIR), police de pays étrangers, etc.

De plus, après la prise d'otages aux Jeux Olympiques de Munich en 1972, le BRI-PP a reçu l'ordre de constituer le noyau d'une force d'intervention spécialisée dans la résolution de crises ouvertes (otages, attentats terroristes). Cette force, activée par le préfet de police, est officiellement connue sous le nom de Brigade Anti-Command (BAC), mais les noms de BRI dans la formation BAC, BRI-BAC ou BRI Anti-Command sont également utilisés. Pour le chef du BIS, elle est renforcée par d'autres unités PP ou spécialistes: véhicules blindés de transport de troupes, médecins pompiers de Paris, etc. La brigade anti-commandement fait également partie du RAID et de ses antennes.((5), la Force Nationale d'Intervention de la Police si celle-ci est activée ((6).

Le plan national d'intervention des forces de sécurité, adopté en avril 2016 en réponse aux attentats de 2015, confirme le statut de la force d'intervention spécialisée du BRI-PP aux côtés du RAID et du GIGN, ainsi que le médiateur de la mission d'intervention confié aux autres BRI (les BRI provinciaux) et le BRI national).

Les photos qui illustrent cet article lors d'une présentation montrent les fonds d'intervention du BRI-PP. Cependant, la grande majorité des missions de la BRI – tant à Paris qu'en province – sont des missions de police judiciaire effectuées par des officiers en civil.

BRI-PP((éditer | Changer le code)

Positionnement des unités d'intervention spécialisées – dont fait partie le BRI-PP

Le BRI-PP (appelé brigade) Antigang) du «36, quai des Orfèvres» est une brigade centrale de la direction régionale de la police judiciaire du quartier général de la police. A ce titre, il est responsable à Paris et dans les départements limitrophes de la périphérie (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne). Elle a été fondée en 1964((7) par le commissaire François Le Mouël sous le nom de service recherche et intervention et a obtenu son nom actuel en 1967((8e). Son principe était et est toujours de surveiller les gangs du crime organisé, soit de les arrêter si suffisamment d’accusations sont portées (sous le coup d’une tentative sanctionnée par l’article 121-4 du Code pénal).((4e)) ou quelque temps après les faits, afin de fournir un maximum de preuves, et pas seulement le crime d'unir les criminels. Ce travail demande beaucoup de sérénité et un esprit d'équipe très fort. L'arrestation idéale est effectuée soit avant de commettre le crime, soit après avoir profité de la détente d'un individu et dans un endroit où il n'y a aucun risque de coups de feu, afin de ne pas risquer de faire des victimes innocentes.

En cas de crise, cette unité de 130 membres peut amener jusqu'à 350 policiers en formation BRI-BAC (Brigade Anticommando) qui, avec le soutien d'autres unités du siège de la police et notamment de la Security and Intervention Company (CSI 75), de la Brigade anti-criminalité de nuit (BAC 75N) et une attelage de chiens du Service Sécurité Proximité de l'agglomération parisienne (DSPAP)((9). La brigade anti-commandement formée autour du BRI-PP devient l'une des composantes de la Force nationale d'intervention policière (FIPN) avec le RAID et ses antennes lorsque cette dernière formation est activée ((6).

Le chef du BRI-PP prend la direction de la brigade anti-commandement si celle-ci est activée. A noter que l'intervention n'est qu'une des missions du BRI-PP, qui est une unité permanente de la police judiciaire, tout en étant la mission principale de la brigade anti-commando (dont l'essentiel est celle-ci). .

Le 19 avril 2016, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé un renforcement significatif du BRI-PP en doublant ses effectifs en réponse aux attentats de 2015, lors de la présentation du plan national d'intervention des forces de sécurité((10e).

Les autres BRI((éditer | Changer le code)

Ils dépendent de la direction centrale de la police judiciaire et ont tous la même structure et organisation (par exemple, une vingtaine de salariés à Strasbourg).

Contrairement au BRI-PP, on a tendance à les appeler BRI du DCPJ (ou BRI-PJ), bien que le BRI-PP soit aussi formellement une police judiciaire.

Les premiers BRI ont été créés en 1977 à Lyon, 1978 à Nice et 1986 à Marseille. Ce sont les trois soi-disant BRI traditionnels.

Les BREC (brigades régionales d'enquête et de coordination) sont similaires aux BRI mais disparaissent 1ereuh Janvier 2008 pour devenir des BRI (avec l'avantage de la compétence nationale et non plus régionale ou interrégionale).

À l'exception du BRI-PP, en tant que rejeton d'OCLCO, les BRI ont la compétence géographique nationale pour effectuer leurs tâches.

Missions communes à toutes les BRI((éditer | Changer le code)

La BRI intervient pour arrêter des groupes de criminels impliqués dans des bandits graves tels que vols à main armée, enlèvements et prises d'otages. Disposant d'appareils d'observation et d'écoute sophistiqués, ils sont également chargés de rechercher et d'archiver toutes les informations liées au banditisme. Pour ce faire, ils ont mis en place une surveillance discrète, pouvant durer plusieurs jours voire plusieurs mois.

Ils aident également d'autres services de police (y compris la sécurité publique, tels que les brigades de sécurité urbaine ou la sécurité départementale) dans la surveillance, les arrestations et les interventions risquées.

Depuis la vague d'attentats de 2015 en France et conformément au plan national d'intervention, tous les BRI ont acquis des compétences en matière de lutte contre le terrorisme. Le BIS de Rouen est intervenu lors de l'attaque de l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray en juillet 2016 et a tué les terroristes. En août 2017, le BIS de Rouen est intervenu aux côtés du BIS de Lille dans la chasse à l'attentat terroriste contre des militaires à Levallois-Perret, qui a vu son arrestation sur l'autoroute A11 comme musclée.

Missions spécifiques BRI-PP((éditer | Changer le code)

Démonstration de la libération des otages (BRI PP, juin 2018).

Conformément à une répartition nationale des responsabilités des unités d'intervention de la police nationale, qui régissent les opérations des groupes d'intervention de la police nationale (GIPN), de l'unité de recherche, de soutien, d'intervention et de dissuasion (RAID) et de la BRI de Paris, ces dernières peuvent être intégrées dans le Des formations BRI-BAC (brigade anti-commando) interviennent dans les vingt arrondissements du centre de Paris. Le RAID intervient dans les 21 départements les plus proches de Paris et est compétent dans les situations les plus graves de l'ensemble du domaine. Cependant, la procédure d'urgence absolue (PUA) adoptée en avril 2016 permet l'intervention de toute entité qui peut le faire n'importe où dans la zone en cas de crise majeure ou de crises multiples (et contourne donc le critère de compétence géographique normalement imposé)((10e).

Contrairement au RAID, qui a évolué pour se concentrer sur les missions d'intervention, le BRI-PP a maintenu sa double mission de police judiciaire et de force d'intervention et a décidé de les renforcer afin qu'ils puissent continuer à effectuer ces deux missions simultanément . Afin de maintenir la capacité d'intervention optimale à Paris, contrairement aux autres unités de la police judiciaire parisienne, le BRI-PP était toujours au 36, quai des Orfèvres, lorsque les autres services ont déménagé au nouveau siège social rue du Bastion 36 à partir de mi-2017((11).

En 2019, cependant, au niveau de la préfecture de police de Paris, il sera envisagé de fusionner l'ensemble des forces d'intervention franciliennes et celles de la BRI (donc hors de sa police judiciaire). avec le RAID et le GIGN (désormais également sous l'autorité du ministre de l'Intérieur), sous prétexte d'efficacité et de neutralisation de l'hypothèse d'une guerre policière((12).

Veux dire((éditer | Changer le code)

Les BRI disposent de moyens matériels et humains liés aux missions délicates qui leur sont confiées: véhicules rapides, véhicules blindés, dispositifs de surveillance électronique, moyens d'enregistrement vidéo discret, vêtements d'intervention et armures spécifiques. Contrairement au GIPN ou au RAID, les policiers de la BRI travaillent principalement en civil et n'interviennent que rarement dans des cagoules ou des uniformes. Ils interviennent principalement lors d'arrestations de cagoules pour protéger leur anonymat.

Après le vol de la bijouterie Cartier sur les Champs-Élysées en 2014, le BRI-PP a mis en place le concept de la Force d'Intervention Rapide ou FIR: Pendant la journée, un groupe reste équipé en permanence et peut être immédiatement projeté avec la moto, la voiture ou le bateau la brigade fluviale; La nuit et le week-end, une équipe ramène du matériel lourd à la maison afin qu'elle puisse quitter son domicile déjà équipé((13).

Les attentats terroristes de 2015, notamment ceux de janvier et du 13 novembre, ont mis en évidence la nécessité de renforcer les unités d'intervention et d'adapter leurs mesures au développement de mesures terroristes pour faire face aux meurtres de masse. Ces changements, qui ont été ratifiés par l'adoption du plan d'intervention des forces de sécurité nationales, se reflètent notamment dans((14) ::

  • Renforcement du BRI-PP dans son rôle d'unité d'intervention spécialisée (brigade anti-commando):
    • Augmentation des effectifs, qui passeront de 50 à 100 hommes, afin de continuer à effectuer les deux missions prioritaires (police judiciaire et intervention) dans le cadre d'une menace terroriste accrue;
    • Renforcer l'éducation et la formation,
    • équipement supplémentaire et équipement de protection
    • Développement de l'organisation de la Cellule d'Intervention Rapide (FIR) et des équipes d'alerte, intégration des assaillants (feu d'artifice du laboratoire central de la préfecture de police)
  • Equipement et formation des BRI nationaux et régionaux pour le rôle d'intervention
    • Équipement et armure
    • Éducation et formation

armes((éditer | Changer le code)

Les responsables du BIS disposent d'une large gamme d'armes, notamment:

  • Pistolets (calibre: 9 × 19 mm parabellum): Chaque membre a un Glock 17 et un Glock 26. Vous pouvez également vous équiper du Glock 18 ou du Glock 19.
  • Pistolets mitrailleurs (calibre: 9 × 19 mm parabellum): Heckler & Koch MP5, Heckler & Koch MP5K.
  • Fusils d'assaut (calibre: 9 × 19 mm parabellum): Heckler & Koch 53, Heckler & Koch G36, SIG-551, HK G3, ​​FN SCAR-L, Heckler & Koch HK416;
  • Fusils de chasse ou similaires: Beretta M3P, Remington M870 Police, Benelli M3 Super 90, Franchi SPAS 12, Franchi SPAS 15, Valtro PM-5 / PM-5-350, Molot Vepr-12, Kel-Tec KSG;
  • Carabines: FN Minimi;
  • mitrailleuse légère: Rheinmetall MG3;
  • Fusils de sniper: Heckler & Koch HK417, FN SCAR-H, Heckler & Koch PSG-1, PGM Ultima Ratio, PGM Hécate II, Blaser R93 Tactical (dans le) ;;
  • armes non létales: Taser X26, LBD Brugger & Thomet 40×46, Flash Ball;
  • Grenades: éblouissantes, offensives, révélatrices, fumées;
  • Explosif.

Cliquez sur une vignette pour l'agrandir.

implantation((éditer | Changer le code)

  1. BRI-PP Paris (DRPJ Paris)
  2. BRI Lyon (DIPJ Lyon)
  3. BRI Marseille (DIPJ Marseille)
  4. BRI Montpellier (DIPJ Marseille – SRPJ Montpellier)
  5. BRI Nice (agence DIPJ Marseille – PJ Nice)
  6. BRI Nantes (agence DIPJ Rennes – PJ Nantes)
  7. BRI Rouen (ex-BREC) (DIPJ Rennes – SRPJ Rouen)
  8. BRI Lille (ex-BREC) (DIPJ Lille) avec une antenne BRI à Creil (DIPJ Lille – antenne PJ Creil).
  9. BRI Versailles (ex-BREC) (DRPJ Versailles)
  10. BRI Strasbourg (ex-BREC) (DIPJ Strasbourg) avec une succursale BRI à Metz (DIPJ Strasbourg – SRPJ Metz).
  11. BRI Bordeaux-Bayonne (ex GES) (DIPJ Bordeaux).
  12. BRI Toulouse (ex-BREC) (DIPJ Bordeaux – SRPJ Toulouse)
  13. BRI Ajaccio (ex-BREC) (DRPJ Ajaccio) avec une succursale BRI à Bastia.
  14. BRI Orléans (ex-GRI) (DIPJ Orléans) avec une succursale BRI à Dreux (DIPJ Orléans).
  15. BRI national (connu sous le nom de "BRI-CN- criminel national"), communément appelé BRI-N, basé à Nanterre, notamment chargé de soutenir les services centraux du siège de la police judiciaire centrale (DCPJ).
  16. BRI Dijon (DIPJ Dijon)
  17. le BRIF-N, créé en 2001 (dénommée Équipe nationale de recherche et d'enquête financières jusqu'en 2015, depuis lors Équipe nationale de recherche et d'intervention financière). Votre tâche consiste à soutenir les bureaux du SDLCODF en matière de criminalité financière. Le BRIF-N a conservé la communauté des brigades de recherche et d'intervention tout en conservant sa juridiction nationale le 24 décembre 2015. Administrativement, cette brigade est sous la direction de l'OCRGDF et à usage opérationnel sous les instructions du chef du BRI-N.

Il en résulterait un total de 17 BRI (y compris BRI-PP, BRI-N et BRIF-N) et 4 antennes BRI.

Tous les BRI((éditer | Changer le code)

Les tests de sélection pour les BRI ont généralement lieu une fois par an et sont ouverts aux officiers de police nationaux qui sont soit des officiers et des soldats de la paix, soit des officiers de police ayant au moins 5 ans d'expérience. Ancienneté en tant que propriétaire.

Après une sélection sur dossier et des conseils d'aptitude médicale, les fonctionnaires sont d'abord soumis à une présélection, dans laquelle ils sont évalués en fonction de leurs performances physiques et de leur aptitude au tir opérationnel. Les candidats reçus à l'issue de la présélection seront ensuite évalués lors d'une série de tests professionnels qui ont été réalisés dans plusieurs ateliers (filature et surveillance, discrimination, tir en milieu hostile, arrestation de personnes dangereuses, etc.). ).

Pendant cette période de sélection, les candidats sont également soumis à des tests psychologiques et à des entretiens avec des psychologues administratifs. Au terme de ces différentes évaluations, le candidat est déclaré apte ou incapable de travailler dans les brigades de recherche et d'intervention. Si le candidat qualifié est déclaré apte, il rejoint un pool national pour une période de trois ans.

BRI-PP((éditer | Changer le code)

Le BRI-PP recrute son personnel en raison de sa double compétence dans l'intervention et la police judiciaire avec une autre procédure de sélection qui combine des tests physiques et distinctifs (sur une semaine), complétée par un stage d'immersion de trois semaines en groupes opérationnels.

Interventions notables((éditer | Changer le code)

Depuis leur création, les BRI se sont distingués dans la lutte contre le crime organisé, dans la libération des otages ou dans l'intervention contre les attaques.

Lutte contre le crime organisé((éditer | Changer le code)

  • Libération du banquier parisien Bernard Mallet par le BRI-PP en août 1977, kidnappé au Bois de Boulogne et emprisonné dans la chambre à charbon d'un pavillon du Plessis-Robinson((8e).
  • Neutralisation du criminel Jacques Mesrine dans sa voiture par le BRI-PP le 2 novembre 1979, Porte de Clignancourt dans le 18e arrondissement de Parise. L'agresseur est abattu et son partenaire blessé((quinze).
  • Intervention le 14 janvier 1986, alors que des criminels déformés et armés de la "bande de postiches" attaquaient une agence du Crédit Lyonnais au 16 rue du Docteur-Blanche à Paris. Au cours de l'intervention conjointe de la BIS et de la BRB, des policiers et des criminels ont été impliqués dans des fusillades. L'inspecteur de police du BIS, Jean Vrindts, est tué. Un agresseur est abattu et un autre est arrêté((quinze).
  • Quatre criminels arrêtés le 23 juin 2000 après avoir attaqué une camionnette blindée. Les criminels ouvrent le feu et la police riposte. Un des criminels a été tué et deux autres blessés((quinze).
  • Interpellation le 25 novembre 2014 à Paris par deux voleurs dans une boutique du quinzee Arrondissement de Paris après avoir été pris en otage après une attaque contre une bijouterie des Champs-Élysées((quinze).
  • Interpellation le 27 novembre 2014, l'un des derniers sponsors du milieu corse, Jean-Luc Germani, entre Puteaux et Paris((quinze).

Anti-terrorisme((éditer | Changer le code)

  • Interpellation de quatre personnes par le BRI-PP en décembre 2004 soupçonnées d'avoir fait sauter les centres France Télécom et EDF à Melun. A cette occasion, des armes de guerre, des explosifs et plusieurs véhicules volés sont découverts((8e).
  • Chasse et voies de fait après les attentats terroristes de janvier 2015 à Paris et en Île-de-France. Le lendemain de l'attentat contre le journal satirique Charlie HebdoLe BRI-PP, qui a fait douze morts, a été expédié à Montrouge le matin après que Amedy Coulibaly a été abattu par une policière urbaine. Quelques heures plus tard, la chasse aux terroristes s'intensifie dans l'Aisne, où se déroule une opération conjointe avec le RAID et le BRI-PP, propriété de la Force nationale d'intervention de la Police nationale, et du Groupe national d'intervention de la gendarmerie (GIGN). Vendredi 9 janvier, ce dernier est dans une imprimerie à Dammartin-en-Goële, où les frères Kouachi, terroristes qui ont mené l'attaque Charlie Hebdo sont coupés. A 13h00, une prise d'otages à Paris, avenue de la Porte-de-Vincennes, intervient dans un magasin de la marque Hyper masquer. Le BRI-PP est la première unité d'intervention à arriver sur site, suivi du RAID. Vers 17 heures, une attaque presque simultanée a eu lieu à Dammartin et à Paris, qui était la première opération antiterroriste simultanée dans le pays. Après ces attaques, tous les terroristes sont tués et la plupart des otages libérés. Cependant, trois otages ont été tués lorsque le terroriste Amedy Coulibaly est entré dans l'épicerie et un autre otage tentant de saisir l'une des armes du terroriste a été abattu d'une balle dans la tête. Trois hommes du RAID et un du BRI-PP sont blessés((16). Cette opération très remarquée est un succès pour ces unités. En reconnaissance des opérations de janvier 2015, les défilés BIS se tiendront le 14 juillet 2015 aux côtés de RAID et GIGN à l'occasion de la fête nationale.

Patrons BRI-PP((éditer | Changer le code)

  • François Le Mouël (1964-1971) service recherche et intervention jusqu'en 1967, puis BRI
  • Jean Sautereau (1971-1974)
  • Marcel Leclerc (1974-1978)
  • Robert Broussard (1978-1982)
  • René-Georges Querry (1982-1983)
  • Claude Cancès (1983-1987)
  • Pierre Cavin (1987-1989)
  • Jean-Marc Bloch (1989-1996)
  • Yves Jobic (1996-2001)
  • Jean-Jacques Herlem (2001-2003)
  • Christian Flaesch (2003-2004)
  • Pascal Carreau (2004-2008)
  • Michel Faury (2008-2013)
  • Christophe Molmy (actuel)

pertes((éditer | Changer le code)

Trois policiers du BRI-PP sont morts en service depuis la création de l'unité((23).

  • Roland Linck – 3 décembre 1980
  • Jean Vrindts – 14 janvier 1986
  • Gerard Marlet – 17 juin 1986

Les films((éditer | Changer le code)

  1. a b et c https://www.police-nationale.net/bri/
  2. BRI-PP pour "Brigades de Recherche et d'Intervention – Préfecture de Police de Paris"
  3. Danielle Thiéry – en collaboration avec Christophe Molmy. Histoire BRI d'une unité d'élite. Mareuil Éditions, 2018, p. 65
  4. A et B Articles 121-4 du code pénal
  5. Les sept GIPN implantés en France métropolitaine sont devenus des antennes RAID en mars 2015, celles de Nouméa en 2018 et celles de la Guadeloupe et de la Réunion en mars 2019. Règlement du 16 avril 2018 différentes dispositions relatives au recrutement, à la formation, aux missions et Organisation des services qui composent la force d'intervention outre-mer de la Police Nationale dans le cadre de la conversion du GIPN de Nouméa en antenne RAID en avril 2018 (valable à partir du 2 mai) et annonce de la conversion des GIPN de Pointe-à -Pitre (Guadeloupe) et Saint Denis (Réunion) dans les antennes RAID le 1er mars 2019 https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte = JORFTEXT000036819061 & linkCategory = id.
  6. A et B Le FIPN n'a en effet été activé qu'une seule fois lors de la prise d'otage de l'activité Hyper Cacher sur la Porte de Vincennes en janvier 2015. Il n'a pas été activé lors des attaques de novembre 2015, notamment lors des interventions, au Bataclan (piloté par la BRI) et à Saint Denis (piloté par le RAID).
  7. Décret n ° 64 3968 du 22 septembre 1964 portant création d'un service de recherche et d'intervention au sein de la brigade des routes publiques sous la direction de la police judiciaire. Un deuxième décret n ° 64 3970 de la même date nomme le commissaire en chef Le Mouël à la tête de l'unité.
  8. a b et c Présentation du BRI-PP sur le site Internet de la Préfecture de Police de Paris http://www.prefecturedepolice.interieur.gouv.fr
  9. Brochure de présentation BRI de Paris (PDF)sur le site de la préfecture de police.
  10. A et B Présentation du plan national d'intervention des forces de sécurité. Site du ministère de l'Intérieur http://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Schema-national-d-intervention-des-forces-de-securite
  11. Danielle Thiéry – en collaboration avec Christophe Molmy. Histoire BRI d'une unité d'élite. Mareuil Éditions, 2018
  12. La BIS, la brigade de recherche et d'intervention de la police à Paris, va-t-elle vraiment disparaître? sur lejdd.fr (consulté le 16 août 2019)
  13. Entretien avec le commissaire Molmy après les attentats du 13 novembre 2105. Informations sur les FIR. Sur le site du ministère de l'Intérieur. https://www.interieur.gouv.fr/Archives/Archives-des-dossiers/2016-Dossiers/Les-attentats-du-13-novembre-2015/Christophe-Molmy-commataire-divisionnaire-chef-de-la- BRI-à-la-PP-de-Paris # FIR. Aussi dans le lien externe.
  14. Danielle Thiéry – en collaboration avec Christophe Molmy. Histoire BRI d'une unité d'élite. Mareuil Éditions, 2018, p. 51-53
  15. a b c d et e Brochure: La brigade de recherche et d'intervention fête ses 50 ans dans les locaux de la préfecture de police de Paris. https://www.prefecturedepolice.interieur.gouv.fr/content/download/18959/132432/file/DP_50%20ans.pdf
  16. Danielle Thiéry – en collaboration avec Christophe Molmy. Histoire BRI d'une unité d'élite. Mareuil Éditions, 2018, p. 45
  17. . L'opération se déroule à Paris et le FIP n'est pas activé. Selon le vocabulaire des forces d'intervention, le BRI est "leader" et le RAID "simultané".
  18. "" L'attaque contre Bataclan vue par la police ", pour sûr itrone.fr, .
  19. L'opération en Seine-Saint-Denis est gérée par RAID, en utilisant le BRI comme renfort
  20. "" Saint-Étienne-du-Rouvray: l'histoire de l'attaque ", pour sûr europe1.fr, (consulté le 11 août 2017)
  21. http://www.paris-normandie.fr/accueil/attaque-de-levallois–le-suspect-arrete-par-la-bri-de-rouen-DA10545035
  22. http://www.lavoixdunord.fr/202404/article/2017-08-09/l-homme-interpelle-dans-le-vehicule-sur-l-a16-sERA-un-algerien-non-fiche-s
  23. Danielle Thiéry – en collaboration avec Michel Faury. Histoire BRI d'une unité d'élite. Jacob Duvernet, 2011, p. 184-185

bibliographie((éditer | Changer le code)

Articles correspondants((éditer | Changer le code)

Liens externes((éditer | Changer le code)